Combien de Feux ?

Aujourd'hui, nous avons exactement 133 habitants, 148 avec les résidences secondaires. Ce qui nous fait une progression de 21. Cette remontée fait apparaître que nous avons 35 personnes de plus en quinze ans.

En 1900, la commune avait 400 habitants, mais avec l'exode rural, la chute de la natalité et la disparition des petites fermes, à la fin du siècle, il ne restait plus que 98 ursinais.

La descente est impressionnante !

Remontons le temps !

A la Révolution, la paroisse comptait 424 âmes. A cette époque la population française était estimée à 22,6 millions. Aujourd'hui nous sommes 133, tandis que la France totalise plus de 62 millions d'habitants.

Sous l'ancien régime, il n'y avait pas de recensement. Les démographes se servaient de l'état des feux pour faire des évaluations. En multipliant le nombre de feux par cinq ils estimaient être proches de la réalité.

En 1470, nous trouvons sur l'inventaire des rôles de fouages paroissiaux 32 feux, ce qui donne 160 habitants. En 1491, nous ne comptons plus que 19 feux, ce qui nous fait tomber à 95 habitants. Une grave épidémie est sans doute venue décimer la population. Aujourd'hui, l'hygiène, les vaccinations, les antibiotiques et les progrès de la médecine nous protègent heureusement de ces grands fléaux.

Avec la modernisation, les campagnes se sont dépeuplées. Les jeunes sont partis les uns après les autres travailler en ville. L'exode rural a touché toutes les communes.

Aujourd'hui la ville n'a plus la même attirance. Les populations se sont déplacées dans la périphérie des villes et en bordure du littoral. La proximité de la ville et l'air de la campagne ne suffisent pas pour attirer les familles, il faut que les enfants puissent être accueillis dans les écoles.

Saint Jean des Champs a su profiter de sa situation géographique. Avec ses commerces de proximité, son cabinet médical, sa pharmacie, ses écoles et ses équipements périscolaires, la demande est devenue très forte. Les nombreuses constructions qui se sont faites depuis une vingtaine d'années ont permis à la commune de retrouver puis de largement dépasser son niveau de 1900.

Un patrimoine ancien

Le regain de population que nous connaissons à Saint Ursin est essentiellement dû à la restauration du patrimoine ancien. En quarante ans, nous n'avons eu que trois constructions neuves. Il n'y avait pas de demande, depuis deux ans les choses ont changé, mais il nous fallait attendre la sortie du P.L.U. (Plan Local d'Urbanisme).

Il est applicable depuis le 24 août 2006, mais le classement d'une grande partie de la commune en zones A (agricoles) est pénalisant, aucune construction n'est possible dans ces zones à vocation agricole. Nous avons cependant obtenu, avec les forceps (le mot n'est pas trop fort), de petites zones N.h. (zones naturelles à vocation de hameaux) dans plusieurs villages où quelques constructions sont possibles.

Ce ne fût pas facile de vaincre les réticences du cabinet d'études, de la DDE et de la chambre d'Agriculture, mais cette possibilité nous donne un peu d'espoir. Il nous permet de penser que nous allons pouvoir maintenir notre croissance.

Population du Canton de la Haye-Pesnel en 1867

La Haye Pesnel 884
Beauchamps 642
Champcervon 415
Folligny 460
Hocquigny 300
La Beslière 297
La Lucerne d'Outremer 841
La Mouche 318
La Rochelle Normande 639
Le Luot 467
Le Mesnildrey 380
Les Chambres 244
Le Tanu 590
Noirpalu 186
Sainte Pience 701
Saint Jean des Champs 948
Saint Léger 180
Saint Ursin 404
Subligny 605
Equilly* 463
*Equilly faisait partie du canton de Bréhal

 

To top

Actualités

  • Programme Culturel - Associatio Culture en Pays Hayland Samedi 29 mars à 20h30, salle Espace du Bocage à La Haye Pesnel
  • Don du sang - annnée 2014 De 15h à 19h